Comment fait-on du vin ?

Grande question. Nous buvons, dégustons, sirotons le vin avec le plus grand plaisir, de la manière la plus naturelle et ce depuis … plusieurs longs siècles ! Jusqu’à votre dernier repas entre amis de la semaine dernière pendant lequel, comme d’habitude, vous n’avez pas vraiment parlé de l’époque antique et de la manière de concevoir le vin… On imagine que toutes les longues étapes pour la réalisation de ce breuvage vous importent peu au cours de tous ces repas… et bien… C’EST UN TORT ! Le vin est une chose merveilleuse et elle est d’autant plus merveilleuse lorsqu’on sait comment elle est arrivée jusqu’à nous, jusqu’à ce qu’elle décore nos belles tables et qu’elle ravive toutes les papilles de tous nos amis. Imaginez qu’un jour votre enfant, neveu, petite cousine ou autre humain capable de poser toutes les questions du monde vous demande : « mais comment fait-on le vin ? ». Et là : catastrophe, à part répondre que le vin ca vient du raisin, qu’il faut l’écraser et attendre plusieurs années pour le boire, vous séchez un peu… Alors pleins de questions arrivent : « mais ça vient d’où l’alcool du raisin alors ? Et le goût ? Et les odeurs ? etc, etc, etc… »

Nous allons alors répondre à ces questions pour pouvoir répondre à la grande question : Comment fait-on du vin ?

Comme vous le savez déjà le vin ça vient du raisin. Le raisin dans sa catégorie large parce qu’on ne trouve pas moins de 9000 variétés de raisin différentes. Soit 9000 cépages capables de faire du vin. Mais a priori, quelque soit le cépage, les étapes sont relativement similaires, sans rentrer dans le détail bien-sur.

Etape 1 : L’entretien de la vigne ou le moment où on réalise que le raisin n’est pas que pour nos panières de fruits l’été

 

purple-grapes-553463_640

Nous n’allons pas retracer l’histoire l’intégration de la vigne en France, en Europe ou jusqu’au Nouveau Monde mais nous allons expliquer ce qu’on doit faire avec le raisin pour faire un bon vin. On n’imagine peut-être pas tout le travail que cela représente, on est effectivement bien loin de la dégustation de nos raisins autour d’un dessert à essayer de ne pas croquer dans les pépins.

  • La vigne est la source du vin, il est alors indispensable, voire fondamental de bien la traiter, de la chouchouter pour qu’elle offre les plus beaux fruits, on trouve alors plusieurs étapes : la taille, le levage, les vendanges vertes… mais ces dernières varient en fonction des régions et des appellations.
  • Ce qui est sûr, c’est que pendant plusieurs mois le raisin mûrit jusqu’à atteindre une maturation en septembre ou octobre, cela va dépendre des cépages et/ou du climat, et là le raisin va pouvoir être ramasser et envoyé aux chais. C’est le moment des vendanges. Il peut arriver que plusieurs sessions de vendanges aient lieu lorsque certaines grappes ne sont pas encore totalement mûres.
  • Le raisin est ensuite trié via une table de tri, on enlève la rafle, les raisins pourris, les feuilles et tout autres éléments qui aurait pu être ramassé par erreur (cailloux, araignées… oui oui !)
  • Ils sont ensuite envoyés tout droit dans les cuves et là… tout se complique !

Etape 2 : la vinification ou le moment où le doux raisin se transforme en alcool

 

Cuve_de_rouge_avec_drapeau_by_JM_Rosier jean-mars rosier  http://www.cjrosier.com

  • Le raisin n’est plus… et s’est transformé en jus de raisin, ou plus techniquement en moût. Il se passe alors le pressurage, c’est l’étape qui consiste à presser le raisin pour en extraire tout le jus mais aussi les matières solides : pépins, peau, rafle restantes qui vont donner les tanins et arômes, elles sont donc très importantes !
  • Ensuite, les restants sont mis en cuve et les sucres des raisins vont se transformer en alcool, c’est la fermentation alcoolique. Elle a cependant déjà commencé avant le pressurage. C’est l’étape essentielle et surtout inévitable dans la création du vin ! A partir de cette étape donc : le jus de raisin devient un jus alcoolisé !
  • On trouve ensuite le sulfitage pour que les vins se conservent et pour éviter leur oxydation. Ils sont quasiment absents pour les vins issus de l’agriculture biologique. On trouve en addition l’étape de collage du vin qui permet de le clarifier. On ajoute une protéine pour effectuer ce collage. Le jus trouve alors une texture « buvable ».

Etape 3 : L’élevage et le vieillissement ou les moments d’attendre

 

barriques-karen21 karen 21  – www.flickr.com/

  • On se retrouve avec plusieurs cuvées de nos différents cépages et il peut avoir lieu une étape d’assemblage des cuvées. C’est cet assemblage qui va donner la particularité des vins, notamment des vins d’appellation.
  • Et une fois qu’on a fait ce grand mélange on procède à l’élevage, pour les vins de garde, elle a lieu dans des barriques de chêne le plus souvent
  • Une ultime filtration peut être mise en place avant la mise en bouteille. Une fois que le vin sera dans son contenant on pourra le retrouver sur nos belles tables au milieu de nos amis.
  • Et à partir de ce moment là, où avant acquisition c’est aussi possible, on a l’étape de vieillissement en bouteille et en cave. Cette étape peut se faire chez vous dans une belle cave à vins, et on vous donne tous nos conseils pour bien faire sa cave à vin : ICI.

Vous savez l’essentiel et vous pourrez expliquer ce déroulement aux enfants ou adultes ne sachant pas réellement comment on passe de raisin à vin.

Et sachez que le rosé ne se fait pas exactement de la même manière, on trouve des nuances, pour plus d’info allez sur notre article « Le rosé comment c’est fait ? »

1 Comment

LEAVE A COMMENT