En 10 min, la grêle a détruit 17 000 hectares de vignes

Samedi 26 mai, un important orage de grêle s’est abattu sur le sud ouest. Ce dernier a donné du fil à retordre aux pompiers qui ont eu des centaines de demandes d’intervention mais, fort heureusement, aucune victime n’est à déplorer.

Pour autant, en seulement 10 minutes d’orage, des dommages matériels conséquents ont été constatés, notamment dans les vignes où l’heure est aux constatations. En effet, les grêlons, de la taille de balles de ping-pong par endroits, ont déchiqueté des milliers d’hectares de vignes, là où elle n’était pas déjà inondées. On parle de 17 000 hectares touchés répartis sur le vignoble bordelais et surtout de Cognac mais aussi en Champagne ou dans le Lubéron, par exemple…

Ceci est un nouveau coup dur pour les producteurs qui avaient déjà dû faire face à un épisode de gel tardif en avril 2017 ayant réduit la production de cette année d’environ 40%…

Franck Jullion, président de l’appellation Blaye Côtes de Bordeaux, déclarait au journal Sud Ouest : “Humainement, cela va être très dur. Des propriétés déjà fragilisées par le gel ne s’en remettront pas… C’est 2500 à 3000 viticulteurs qui ont quasiment tout perdu”. L’appellation voisine du Bourg et son directeur d’appellation Didier Gontier compte aussi les pots cassés : « non seulement nous avons perdu la prochaine récolte mais avec la violence de la grêle, les vignerons nous disent aussi qu’ils n’ont plus les bois pour l’année suivante, cela va nous impacter deux années”.

C’est donc un millésime compliqué, à nouveau, que celui de 2018 auquel les vignerons vont devoir se frotter. Il va falloir redoubler d’efforts pour limiter les conséquences de cet orage là où c’est encore possible. Un espoir subsiste pour les vignerons en attente du classement de l’épisode comme “catastrophe naturelle”…

Affaire à suivre.

Laisser un commentaire